un homme bon à La Canée


au slow food bio de stachi

(30 juin 2014)

Neuf jours de salade et de spanakopita mavaient appris que le végétarisme était un concept nouveau pour les Grecs. Pourtant, lors de mon dernier après-midi en Crète, trois amis et moi avons parcouru les rues pavées de La Canée à la recherche de plats respectueux des animaux. Niché dans une petite rue, nous avons trouvé un joyeux panneau jaune et rouge: «  To Stachi: Bio Slow Food.  »

Le petit restaurant sétendait sur une petite section du port. Un homme rayonnant à la barbe blanche touffue – Stelios – nous a accueillis en grec et a posé un tissu à carreaux rouges sur une table extérieure, où il nous a placés. Il n’a apporté aucun menu. «Permettez-moi de vous apporter du pain frais du four et de vous dire ce que jai préparé aujourdhui», dit-il. «Viens aussi à lintérieur et vois les plats de ma cuisine.»

Surpris, nous avons suivi Stelios dans sa petite cuisine, où il a décrit dans un anglais cassé les plats végétaliens quil avait préparés. Il a apporté des échantillons de chaque plat à notre table et a attendu que nous en choisissions quelques-uns.

En prenant notre commande de haricots géants, de riz au citron et de courgettes, il a demandé ce qui nous avait amenés en Crète. Vacances? Non, avons-nous expliqué, nous étions des étudiants en histoire en voyage détude.

«Ah, bien», dit-il. «Je vous apporte cette nourriture pour vous montrer comment nous vivons. Les monuments sont importants, mais il y a plus en Crète que les monuments. »

Chacune de ses actions nous a étonnés. Quand une brise se mit à souffler, il nous proposa de la soupe pour nous réchauffer. Pour l’anniversaire de Shira, il a apporté du pain aux raisins sucré et une crème anglaise avec des pelures d’orange ramollies. Nous lavons invité à dîner avec nous mais il a ri et a refusé, expliquant quil savait que ses deux filles aimaient être seules avec leurs copines. Il a présenté son fils comme lhomme à la voix douce qui nous avait servis. « Il na goûté aucun animal, aucun oiseau, aucune viande… »

Jai demandé à Stelios ce qui la poussé à devenir végétarien. «Chacun a des raisons différentes», a-t-il expliqué, «pour la santé, pour les animaux, pour la terre. Mais je crois à toutes ces raisons. Lorsque vous allez voir un animal pour lui causer de la douleur et que vous entendez un animal pleurer, vous ne voulez plus jamais le blesser. Il a parlé avec douceur de ses choix de bon chrétien pour mener une vie non violente. Touchés, nous lui avons serré la main et avons signé son livre dor, rempli de bénédictions dans des dizaines de langues, et sommes retournés à notre hôtel où nous dormirions pour la dernière fois à La Canée.

to stachi
Notre premier aperçu de To Stachi.
à stachi2
Dans la cuisine avec Stelios.
La vue depuis le port.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *