Pourquoi nous nutilisons pas BAME dans notre content


(Jennifer Noel) (24 juin 2020 )

Nous avons arrêté dutiliser BAME dans notre contenu en 2017 car cest un terme controversé, comme beaucoup dautres lont souligné ces dernières années dans des articles ( BMJ ), blogs ( GOV.UK ) et tweets .

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le terme BAME est problématique, mais je vais me concentrer sur les raisons pour lesquelles il est inapproprié et inutile de lutiliser dans notre contenu – et ce que nous faisons à la place:

Définir notre audience

Avant de commencer à écrire, nous devons savoir pour qui nous écrivons. Sur la base de recherches rapides (en utilisant des termes de recherche, Google Analytics, des forums, des médias sociaux, des recherches universitaires et des conseils professionnels pour ne citer que quelques sources), nous sommes en mesure dêtre très précis sur le public ou les publics pour lesquels nous écrivons. Par exemple; Femmes noires de 50 ans à la recherche dinformations sur les formulaires DNR.

Non seulement «BAME» nest pas spécifique, mais le terme homogénéise les communautés de personnes aux cultures, expériences et défis diversifiés et besoins. Par conséquent, au lieu dutiliser BAME, nous identifions de qui nous parlons réellement, ou essayons datteindre, et écrivons cela à la place.

Comprendre leurs besoins

Le contenu doit toujours répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs et / ou promouvoir nos objectifs organisationnels. Que recherchent les gens? Quel message essayons-nous de transmettre? Comment nous ont-ils trouvés? Comment avons-nous essayé de les atteindre?

Comprendre que différents publics ont des besoins différents et les approcher individuellement est impératif pour un contenu réussi. Ainsi, au lieu d’écrire des informations pour répondre aux besoins des gens «BAME», nous devons identifier les besoins individuels des gens et écrire spécifiquement pour eux. Il peut y avoir des croisements, et cest bien, mais nous ne devons jamais supposer.

«Je ne midentifie pas aux autres parce quaucun de nous nest blanc»

Emma Dabiri, professeure à lUniversité SOAS de Londres.

Prioritize besoins du public

Une fois que nous comprenons notre public et ses besoins, nous devons également comprendre ses priorités. Cest ainsi que nous pouvons prioriser et mettre en évidence un contenu spécifique. Chez Compassion in Dying, nous comprenons que les priorités des gens diffèrent considérablement en ce qui concerne le traitement médical en fin de vie. Ce ne sera pas différent pour les Noirs, les Asiatiques et les minorités ethniques.

Par exemple, en travaillant avec un groupe daînés sud-asiatiques à Newham, nous avons découvert quune priorité commune était davoir une introduction à la planification de fin de vie écrite dans leur langue maternelle, à partager avec leur famille. À partir de cet apprentissage, nous avons développé des informations dans les six principales langues utilisées par leur communauté, notamment le bengali, le gujarati et le punjabi (toutes disponibles sur notre site Web ).

Reflect language

Enfin, nous recherchons, réfléchissons et testons le langage et la terminologie que nous utilisons. Nous décrivons les gens comme ils se décrivent. Et nous utilisons le langage quils utilisent pour décrire les processus et les expériences, afin quils comprennent de quoi nous parlons. Refléter la langue de notre public signifie:

  • ils trouvent notre contenu lorsquils recherchent ce que ils recherchent
  • les informations résonneront avec eux
  • ils sont plus susceptibles de comprendre ce que nous leur disons

Concevoir un contenu réussi est un processus, et au cœur de ce processus se trouvent les besoins et les priorités de notre public. Je vous encourage donc à laisser vos lecteurs vous guider en matière de terminologie ethnique, et vous ne pouvez pas vous tromper.

Nous travaillons actuellement sur un contenu DNR passionnant pour notre (nouveau site Web alpha), jespère quil sera lancé à la fin de cette année!

Si vous souhaitez en savoir plus sur lun de nos travaux, nous aimerions avoir de vos nouvelles .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *